Les jeunes pousses
ont besoin de terre

« Mes parents étaient agriculteurs dans le Pas-de-Calais. J’ai souhaité, il y a cinq ans, reprendre leur exploitation, mais le propriétaire des terres qu’ils cultivaient n’a pas voulu faire une transmission de bail. J’ai alors recherché de nouvelles terres. Quelques mois plus tard, un maraîcher, voisin de mes parents, m’a appris qu’il voulait cesser son activité et vendre ses terres, et m’a demandé si j’étais intéressée. Je suis allée voir des banques, mais aucune n’a accepté de me consentir un tel prêt. Je me suis alors tournée vers Terre de Liens qui a bien voulu d’acquérir la terre et de me la louer. Grâce à cela, la terre est définitivement sauvée de la spéculation foncière et je peux cultiver des fruits et légumes de saison et des aromatiques, le tout en agriculture biologique. »